Nuit Blanche 2018 à la Villette

Hier j’ai été profiter de la Nuit Blanche à Paris. C’est pas trop dans mes habitudes parce que les deux fois où j’ai voulu faire la Nuit Blanche, une fois à Paris, une fois à Montréal, c’était plutôt pas très réussi. Notamment à Montréal où je me suis motivée à aller jusqu’à l’observatoire de la Place Ville Marie pour apprendre en arrivant qu’ils ne laissaient plus rentrer personne. Et puis de façon générale, c’est un peu synonyme de faire la queue et attendre plus que profiter des installations, performances et autres activités disponibles. Mais cette année j’ai passé une superbe soirée. Bon comme je suis une mamie de 26 ans, à minuit et demi j’étais rentrée chez moi, mais non sans avoir profité d’une bonne partie de ce qui était présenté à la Villette à l’occasion de la Nuit Blanche. Perso courir dans la ville d’un point à un autre pour voir le plus de trucs possibles c’était pas trop dans mes intentions, donc aller à un endroit comme la Villette qui regroupe plein de choses à proximité, c’était l’idéal.

Yom et Baptiste-Florian Marle-Ouvrard à la Philharmonie de Paris

Je m’excuse d’avance de la qualité de mes photos prises avec mon Huawei qui n’est pas de la plus grande technicité malheureusement.

On a commencé la soirée en douceur à 19h, avec le concert de Yom et Baptiste-Florian Marle-Ouvrard à la Philharmonie. Je ne connaissais aucun des deux, mais l’un de mes amis avec qui j’ai passé la soirée est pas mal un gros fan de Yom et je le remercie encore pour cette découverte exceptionnelle. Yom c’est un clarinettiste hors du commun et extrêmement talentueux, et Baptiste-Florian est un organiste reconnu. Alors je suis loin d’être une experte en musique classique, puisque c’est un genre que j’apprends à découvrir depuis peu, au-delà des préjugés type “c’est nul, ça endort, c’est un truc de vieux” et j’en passe, mais l’association clarinette-orgue me parait assez improbable et audacieuse. Malgré tout c’était une réussite et je ne peux que vous recommander d’aller écouter l’album Prière qu’ils ont donc joué en live à la Philharmonie. C’était incroyable, grandiose, magnifique. J’aime beaucoup trop l’orgue parce que tout prend une tournure dramatique avec cet instrument, et ça, ça plaît à mon cœur de drama queen. Et l’association avec la clarinette est encore une fois improbable mais donne un résultat exceptionnel (vous la sentez ma maîtrise technique musicale pour décrire des instruments ?). Bref, c’était une superbe découverte et un immense coup de cœur, vraiment.

Vue sur les toits de Paris depuis le Belvédère de la Philharmonie

Pour conclure ce passage à la Philharmonie on a profité de l’ouverture du belvédère pour aller jeter un œil à la magnifique vue sur Paris depuis le toit du bâtiment. On a même poussé le zèle jusqu’à attendre le scintillement de la Tour Eiffel parce que bon, tant qu’on y est ! Petite parenthèse sympa pour se rappeler à quel point Paris est belle et à quelle point j’aime cette ville de tout mon coeur.

Installation Platonium par le CNRS

On a continué notre tour du parc en se dirigeant vers la Cité des Sciences, devant laquelle se tenait une installation proposée par le CNRS, Platonium. C’est une installation lumineuse et sonore qui a à l’origine été présentée à la fête des Lumières, à Lyon. C’était beau, envoûtant, hypnotisant presque, et on a eu la chance de discuter un peu avec l’une des personnes ayant travaillé sur ce projet qui a pu nous expliquer un peu l’envers du décor et nous donner des détails plus techniques. Je vais pas entrer dans les détails parce que j’ai retenu les informations générales mais je ne voudrais pas raconter des bêtises étant donné mon peu de connaissances sur le sujet. Mais c’était vraiment intéressant de parler un peu de la technique, et je trouve vraiment que c’est une super idée de mettre au service de l’art des découvertes et des techniques scientifiques. La transversalité des disciplines est quelque chose que je trouve vraiment cool et important. Si on découvre quelque chose de nouveau, pourquoi se contenter de le rendre utile alors qu’on peut aussi s’en servir juste pour la beauté de l’art ?

Jeu de sons et lumières à la Géode

En se rendant jusqu’à l’installation Platonium, on est passés devant la Géode, sur laquelle TremensS, un ingénieur, a rendu hommage à Nikola Tesla avec une installation de type électrisante (lol). Là encore c’était visuellement frappant, beau, les reflets des lumières sur la Géode qui se mêlaient aux reflets du ciel et de la ville, c’était vraiment réussi. Encore une fois, c’était une installation visuelle et sonore et le tout rendait une ambiance bien particulière, dans l’obscurité de la nuit, et dans l’agitation de cette soirée. Il y avait également à côté un petit geyser/volcan qui entrait en éruption à intervalles réguliers, c’était surprenant et drôle.

On a fini par passer devant la Cité de la Musique sur laquelle étaient projetées des images. Mais on n’a pas vraiment compris le déroulement de celles-ci ni pris le temps d’essayer d’en savoir plus, mais ça avait l’air étrange, fou, dérangeant. Tout ce qu’on aime, finalement.

Cette expérience à la Nuit Blanche était donc parfaitement réussie, j’ai découvert plein de belles choses et d’artistes cool, et j’en ai pris plein les yeux et les oreilles. Je retenterai sûrement l’expérience l’année prochaine 🙂 Petit bémol cependant concernant les transports : la RATP qui soit disant s’associe à la Nuit Blanche et ne propose qu’une ligne de métro et deux lignes de tram ouvertes toute la nuit c’est un peu léger, non ? Et la SNCF qui décide de faire des travaux tout le weekend et qui interrompt le trafic sur certaines lignes (il y a des bus de substitution mais qui a envie de rallonger son trajet d’au moins 30mn dans un bus blindé ? Personne, la réponse est personne), sans même parler d’allonger ses horaires, c’est vraiment pas aider les gens à avoir accès à des événements comme celui-ci, et c’est vraiment dommage.

Et vous, vous avez fait quoi pour la Nuit Blanche ?

Top