10 jours en Croatie – Deuxième partie

Il y a deux semaines je vous racontais la première partie de notre petit roadtrip en Croatie, je continue aujourd’hui avec la suite et la fin de nos vacances. La suite de notre programme nous a menés jusqu’à Split, la fameuse ! Mais avant ça nous avons fait un petit arrêt à Trogir, petite cité encore une fois très influencée par la culture grecque, romaine et vénitienne. Le centre historique vaut le détour, plein de petites ruelles enchevêtrées dans lesquelles se perdre. Le tour est vite fait mais cela vaut vraiment le coup. Apparemment quelques scènes de Game of Thrones ont été tournées dans cette ville, on l’a appris en se retrouvant derrière un guide qui expliquait cela à d’autres personnes dans un coin de ruelle, et du coup ben, on a pris une petite photo pour marquer le coup ! (M’enfin comme j’arrive pas à retrouver la photo que le guide nous a montrés, vous aurez juste celle que j’ai prise).

(c’était une scène pendant laquelle on voyait ce brave Jorah Mormont sur son cheval)

On n’a pas visité le château médiéval et on lui a préféré la cathédrale (pour des athées on a une fâcheuse tendance à visiter des édifices religieux quand même). C’est environ à partir de cette journée et de cette latitude qu’on a commencé à mourir de chaud, il faisait vraiment humide en plus c’était assez épuisant. On a donc passé beaucoup de temps à se désaltérer en terrasse et à se baigner. Mais pas ce jour-là. Après avoir visité Trogir, on a pris à manger dans un petit stand sur le marché et c’était vraiment délicieux.

Puis on a repris la route vers Split. On voulait s’arrêter en chemin pour visiter les vestiges romains de la ville de Solin, mais on a galéré à les trouver et quand on les a trouvés, on était en fait à la fin du parcours et il fallait reprendre la voiture pour retourner au début du parcours et on a abandonné. Mon frère autant que moi étions en train de nous endormir, alors on a fini la route jusqu’à Split, récupéré le Air BnB, et on a fait une bonne sieste de 2h pour recharger les batteries.

Notre premier aperçu de la ville de Split s’est donc fait de nuit et elle nous a semblé être vivante et agréable. Nous avons été dîner au Fife, un petit restaurant à l’ambiance cantine avec de grandes tablées, apparemment pas mal réputé et vraiment bon en plus de ne pas être cher. Et c’est là qu’on a vécu une petite soirée ambiance auberge espagnole. On s’est retrouvés à côté de trois belges, et un peu plus loin il y avait deux filles qu’on croyait anglaises (qui étaient en fait allemande pour l’une et luxembourgeoise pour l’autre) qui se sont retrouvées à partager leur table avec un américain, puis un deuxième américain les a rejoint par la suite. On s’est retrouvés à discuter tous ensemble de choses et d’autres, à rigoler et à profiter, c’était vraiment agréable ! C’était cool de discuter avec d’autres gens pendant ce voyage, parce que soyons honnêtes, à part quelques mots échangés avec les commerçants ou les personnes gérant les Air BnB dans lesquels nous avons séjourné, on n’a pas vraiment eu l’occasion d’avoir de vraies conversations avec d’autres personnes.

Le lendemain, on a attaqué la visite de Split. Et alors c’est vraiment une ville magnifique et historiquement riche, j’ai beaucoup aimé, le palais Dioclétien est vraiment exceptionnel de beauté et d’histoire. Mais : il y a beaucoup trop de touristes ! Alors j’ai pleinement conscience de faire partie du problème hein, mais c’était vraiment à la limite du supportable. Nous avons choisi de visiter le musée de la ville (Musej Grada), ce qui nous a permis d’en savoir plus sur la ville et de mieux comprendre les évolutions qu’elle a traversées, en passant d’une domination à une autre (romaine, byzantine, vénitienne, austro-hongroise et même française). Par la suite nous avons voulu aller visiter la cathédrale Saint Domnius mais il y avait plus d’une heure de queue ne serait-ce que pour acheter le billet d’entrée. Nous avons donc abandonné.

On a repris la voiture et on s’est aventurés du côté d’Omis, dont la description dans notre guide nous avait fait rêver, puisqu’elle disait que c’était un ancien repère de pirate. Finalement, plus beaucoup de traces de cette vie de pirate, si ce n’est une grosse épave de bateau à l’entrée de la ville. Mais cette ville construite à flanc de falaise valait tout de même le détour. Nous avons grimpé jusqu’à la tour Mirabela, construite à moitié dans la roche, et qui offrait une vue plongeante sur la côte.

La forteresse de Starigrad à Omis, avouez qu’avec l’envolée d’oiseaux, ça a un petit côté flippant !

Il y a une autre forteresse construite dans la falaise, un peu plus haut et un peu plus loin, tellement bien dissimulée qu’on la voit très peu et seulement depuis certains endroits de la ville. Mais cela exigeait une randonnée assez longue et nous étions déjà en milieu d’après-midi donc nous n’avons pas tenté la grimpée. A la place… on a été à la plage, eh oui ! Petite particularité des plages en Croatie, outre que le sable soit inexistant et qu’on aie affaire à des galets ou des petits cailloux, c’est que comme bien souvent la côte est plutôt le long de falaises, la mer devient très vite très profonde. Il y a généralement un ou deux mètres ou nous avions pieds, et puis ça descendait à pic. On a investi dans un petit masque de snorkelling (meilleur achat compulsif, j’ai adoré mater les petits poissons dans l’eau), et c’était assez impressionnant de voir le fond disparaître d’un coup et laisser place à une étendue sombre assez inquiétante. J’aime beaucoup l’eau et la mer, mais là c’était vraiment perturbant et stressant, de ne pas savoir ce qu’il y a en dessous de soi, je ne me suis donc jamais aventurée bien loin !

Après la visite d’Omis, nous sommes rentrés et nous nous sommes couchés tôt, parce que nous voulions nous lever plus tôt pour aller visiter la cathédrale de Split aux premières heures d’ouverture pour éviter la foule. Une part de moi se disait que c’était inutile et qu’il y aurait toujours autant de touristes quelle que soit l’heure, mais j’avais tord ! Nous sommes arrivés dans le palais Dioclétien à 8h30 et c’était : DESERT ! C’était trop bien ! On a pas fait la queue et on a pu visiter paisiblement la cathédrale, le temple de Jupiter et se balader dans la ville sans croiser beaucoup de monde, c’était vraiment agréable. Et notre dernière après-midi à Split s’est terminée par une petite balade dans le Marjan Forest Park, tout au bout de la pointe de Split, puis à la plage qui se trouvait juste à côté. On m’avait dit que les plages de Split étaient surpeuplées et sales. Je ne sais pas si on a eu de la chance, car certes il y avait du monde, mais nous avons réussi à trouver un coin pas trop peuplé (en dehors de la zone de baignade surveillée, c’est vrai), et pas sale du tout. De façon générale, nous ne sommes jamais tombés sur des plages sales ou désagréables pendant ce séjour en Croatie. Et puis on a eu le droit à un petit coucher de soleil pas dégueu non plus !

La fin de notre séjour approchait et nous avons repris la route vers le Nord du pays et vers Zagreb, non sans un dernier arrêt aux fameux lacs de Plitvice, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, incontournable fierté de la Croatie. Et spoiler : ça vaut vraiment le détour. Même s’il y a beaucoup de monde, surtout que nous l’avons fait un dimanche, c’est vraiment magnifique. J’ai passé environ 5h à répéter en boucle “mais la couleur de l’eau est INCROYABLE”, mon frère a hésité à se débarrasser de moi à quelques reprises tellement j’étais insupportable. Il y a plusieurs itinéraires disponibles, en fonction du temps que vous avez, et de la difficulté. Il y a des bus et/ou des bateaux qui vous permettent d’aller d’un point à un autre un peu plus rapidement. Et comme une image vaut mille mots : en voici quelques unes.

Par contre prévoyez de quoi vous couvrir, pantalon et pull, parce qu’il fait bien plus froid, surtout si vous remontez du Sud comme nous ! Pour finir cette journée, on avait trouvé un hébergement dans une yourte mongole traditionnelle, qui puait bien fort la biquette, mais c’était vraiment sympa comme expérience 🙂

Le lendemain nous sommes repartis vers Zagreb. Il faisait gris, il pleuvait, mon frère est tombé malade, c’était la fin des vacances et ça se sentait. Nous avons visité la haute ville, nous sommes baladés dans les rues, avons vu la belle église Saint-Marc et et visité rapidement la cathédrale Saint-Stéphane. Je ne vais pas vous mentir, c’était pas vraiment ma ville préférée. Mais il y avait le musée des cœurs brisés et ça c’était : trop bien ! C’est un musée qui présente une collection de témoignages associés à des objets, témoins d’une relation terminée. On pense forcément à des relations amoureuses, mais cela évoque aussi des relations amicales ou familiales. C’est vraiment un beau musée, avec plein d’histoires touchantes, émouvantes, drôles parfois, ou déchirantes. J’en suis ressortie toute chamboulée et les larmes aux yeux. Vraiment, si vous passez par Zagreb, cœur brisé ou non, allez-y !

Pour notre dernier jour, nous avons encore une fois déambulé dans les rues de la ville, avant d’aller passer l’après-midi au parc Maksimir un peu à l’extérieur de la ville. De la nature, de la verdure, et plein de chiens qui passaient devant nous : top ! Puis est venue l’heure de rentrer, de rendre la voiture de location (sans aucun problème, malgré notre stress démesuré quant à ce sujet) et de reprendre l’avion direction Paris.

Bilan de ce voyage : c’était vraiment une superbe expérience. La Croatie est un pays magnifique, culturellement et historiquement riche, les plages sont belles, les gens sont accueillants et gentils, bref que du positif ! C’est pas la destination la plus originale du moment mais si vous n’y avez pas encore été, c’est l’occasion ! C’est pas loin, c’est pas cher, même en s’y prenant un peu à la dernière minute comme nous, et ça vaut vraiment le coup. Allez-y !

 

10 jours en Croatie – Première partie

Après moult envies et changements de destination de vacances pour cette année, mon choix s’est finalement arrêté sur la Croatie. Pas ultra original, mais pas loin, et toujours agréable en septembre, et en plus il y a la mer, donc ça cochait toutes les cases de ma liste. Dans la foulée j’ai convaincu mon frère de venir avec moi et hop, c’était parti pour un petit roadtrip de 10 jours entre frère et sœur.

Notre roadtrip a commencé sur les chapeaux de roue avec un fail à la Pétrin Express : on avait réservé la voiture de location avec la carte bancaire de mon frère et la semaine avant notre départ, celle-ci a décidé de rendre l’âme. Evidemment, il faut la carte ayant servi au paiement pour retirer la voiture et bref, je vous la fais courte, mais on a dû repayer un conducteur pour qu’on puisse utiliser ma carte et notre location vraiment pas chère a doublé de prix. Ça restait toujours correct mais bon, ça lançait le trajet sur de mauvaises vibes, disons.

Comme nous sommes arrivés le soir à Zagreb, on y a passé la nuit, et dès le lendemain on a pris la route, direction l’île, et la ville de Krk, qui, pour votre information, se prononce Keurk. On est arrivés dans une petite ville portuaire avec une vieille ville médiévale vraiment très jolie. Bon le tour était vite fait, et après avoir mangé nos sandwichs sur le port, une petite balade d’une heure dans la vieille ville a suffi à faire le tour de ce qu’il y avait à voir. Mais ça donnait le ton sur le type de villes qu’on allait croiser sur notre chemin pendant ce roadtrip. On a fini la journée dans une petite crique pour notre première baignade des vacances, non sans avoir frôlé la mort en descendant à flanc de falaise pour accéder à ce petit coin de paradis perdu (j’exagère un peu mais vraiment, j’ai craint pour ma vie à plusieurs reprises, mais il faut dire qu’on avait pas vraiment pris le chemin le plus accessible pour descendre, la remontée a été bien plus aisée une fois qu’on a vu par où les autres passaient). La journée s’est terminée en beauté dans notre petit Air BnB qui se situait dans une petite dépendance attenante à la maison des propriétaires, qui ont su nous charmer en nous disant que, je cite, “ma fille vous a vu par la fenêtre et elle vous a trouvé très beaux, elle aimerait beaucoup vous dire bonjour”, ce sur quoi une petite fille blonde de 6 ou 7 ans est venue nous dire bonjour. On était conquis. ça plus un petit resto typique bien sympa, que demander de plus ?

Le lendemain matin, nous voilà repartis pour un bon morceau de route, quatre heures pour arriver à Zadar. Mais honnêtement, c’est pas de la route ennuyeuse : bord de mer, route de montagne, grand ciel bleu et horizon dégagé, c’est un peu plus sympa que l’A6 niveau route des vacances quand même ! Pour preuve, on a fait un petit arrêt sauvage sur un coin de graviers pour prendre cette magnifique vue en photo !

Arrivés à Zadar, on prend les mêmes habitudes et on recommence : un petit sandwich mangé au bord de l’eau, puis visite de la ville. Là encore, une vieille ville très accueillante et sympathique. Il y avait même des vestiges romains, un reste de forum et quelques bâtiments religieux qui valaient le détour. Mais pour le moi le clou du spectacle de cette ville, c’était l’orgue marin. Le quoi ? L’orgue marin, c’est une installation mise en place par l’architecte Nikola Basic, et qui reproduit le fonctionnement d’un orgue, mais au bord de l’eau. L’eau en entrant au gré des vagues dans l’orgue, produit le son. Ça nous donne une petite mélodie au rythme des vagues, c’est doux et apaisant même si à force c’est un peu répétitif. A côté, le même architecte a installé le Salut au soleil, un ensemble de panneaux solaires qui se charge pendant la journée et qui la nuit venue recrée la course du soleil, au rythme de l’orgue marin. Sur le papier ça a l’air méga cool, dans la réalité, il y avait un certain nombre de panneaux solaires qui ne fonctionnaient plus, et surtout, un groupe de gros malins de touristes a décidé de s’installer dessus, à une dizaine, assis, comme si de rien était, avec de la musique et tout. Donc déjà ils étaient assis SUR les panneaux qui sont sensés faire de la lumière, et en plus ils faisaient tellement de bruit qu’on n’entendait pas le son de l’orgue marin, donc difficile de se rendre compte de la synchronicité entre les deux. Tant pis.

On a fini la journée en jouant aux cartes au bord de l’eau en attendant le coucher de soleil, qui a décidé de se cacher derrière un bon gros nuage, puis en allant déguster du vin et du fromage, en bons français, dans un restaurant du centre, mais du vin croate et du fromage croate, tout de même ! On a passé la nuit dans un Air BnB à la limite de l’acceptable (les toilettes n’étaient pas fixées, la dame nous a prévenu, mais genre en fait elles étaient vraiment pas fixées, et donc le simple fait de les utiliser faisait sauter le tuyau enfin bref, je vous passe les détails, autant vous dire qu’on s’est arrangés pour ne pas avoir à les utiliser ni le soir, ni le lendemain matin).

On est repartis direction Sibenik le lendemain matin. Les villes croates sur la côte se ressemblent toutes pas mal : beaucoup de pierres blanches, de belles églises (surtout les églises orthodoxes décorées à outrance avec des dorures à foison, personnellement j’adore), une vieille ville plus ou moins fortifiée. On a été faire un tour à la Cathédrale Saint-Jacques puis à la forteresse Saint-Michel qui nous a offert une bien belle vue sur la ville et sur la baie.

Le lendemain on a été faire un petit tour du côté du Parc National de Krka (oui, il y a Krk et Krka, ils se sont pas trop foulés pour trouver un nom je trouve, genre vas-y viens on rajoute juste une voyelle et on en parle plus), réputé pour ses lacs et surtout ses chutes assez incroyables. On pouvait se baigner au pied des chutes et c’était très tentant surtout avec la chaleur qu’il faisait, mais la foule nous a un peu rebutés et on a passé notre tour. Ceci dit je pense que ça doit être assez sympathique comme expérience. Il y avait beaucoup de touristes dans le parc et comme c’est un chemin unique, on était un peu tous à la queue-leu-leu donc pas super agréable, mais la beauté des paysages compensait largement ces petits désagréments.

Dans le parc, en dehors des chutes, il y a plein d’autres choses à voir, notamment un monastère sur une petite île au milieu du lac, mais il fallait repayer pour prendre le bateau et il fallait surtout attendre deux heures, donc a fait l’impasse et on a été voir l’autre monastère inclus dans le parc, tout de même à 45mn de voiture. On a eu le droit à la visite guidée la plus rapide du monde, le tout dans un anglais à l’accent croate très prononcé dont on a compris environ un mot sur 5. Le monastère est très joli et sa chapelle orthodoxe aussi, superbement décorée. Il y également des catacombes, mais elles ne valent vraiment pas le détour puisqu’elles ont été condamnées et la guide nous a permis d’y rester environ une minute trente. On a fini cette journée avec nos activités préférée, lecture au bord de l’eau et baignade !

C’est tout pour la première partie de ce roadtrip, la suite dans un prochain article avec entre autres Split, les lacs de Plitvice et Zagreb pour finir ces dix jours en Croatie !