10 jours en Croatie – Deuxième partie

Il y a deux semaines je vous racontais la première partie de notre petit roadtrip en Croatie, je continue aujourd’hui avec la suite et la fin de nos vacances. La suite de notre programme nous a menés jusqu’à Split, la fameuse ! Mais avant ça nous avons fait un petit arrêt à Trogir, petite cité encore une fois très influencée par la culture grecque, romaine et vénitienne. Le centre historique vaut le détour, plein de petites ruelles enchevêtrées dans lesquelles se perdre. Le tour est vite fait mais cela vaut vraiment le coup. Apparemment quelques scènes de Game of Thrones ont été tournées dans cette ville, on l’a appris en se retrouvant derrière un guide qui expliquait cela à d’autres personnes dans un coin de ruelle, et du coup ben, on a pris une petite photo pour marquer le coup ! (M’enfin comme j’arrive pas à retrouver la photo que le guide nous a montrés, vous aurez juste celle que j’ai prise).

(c’était une scène pendant laquelle on voyait ce brave Jorah Mormont sur son cheval)

On n’a pas visité le château médiéval et on lui a préféré la cathédrale (pour des athées on a une fâcheuse tendance à visiter des édifices religieux quand même). C’est environ à partir de cette journée et de cette latitude qu’on a commencé à mourir de chaud, il faisait vraiment humide en plus c’était assez épuisant. On a donc passé beaucoup de temps à se désaltérer en terrasse et à se baigner. Mais pas ce jour-là. Après avoir visité Trogir, on a pris à manger dans un petit stand sur le marché et c’était vraiment délicieux.

Puis on a repris la route vers Split. On voulait s’arrêter en chemin pour visiter les vestiges romains de la ville de Solin, mais on a galéré à les trouver et quand on les a trouvés, on était en fait à la fin du parcours et il fallait reprendre la voiture pour retourner au début du parcours et on a abandonné. Mon frère autant que moi étions en train de nous endormir, alors on a fini la route jusqu’à Split, récupéré le Air BnB, et on a fait une bonne sieste de 2h pour recharger les batteries.

Notre premier aperçu de la ville de Split s’est donc fait de nuit et elle nous a semblé être vivante et agréable. Nous avons été dîner au Fife, un petit restaurant à l’ambiance cantine avec de grandes tablées, apparemment pas mal réputé et vraiment bon en plus de ne pas être cher. Et c’est là qu’on a vécu une petite soirée ambiance auberge espagnole. On s’est retrouvés à côté de trois belges, et un peu plus loin il y avait deux filles qu’on croyait anglaises (qui étaient en fait allemande pour l’une et luxembourgeoise pour l’autre) qui se sont retrouvées à partager leur table avec un américain, puis un deuxième américain les a rejoint par la suite. On s’est retrouvés à discuter tous ensemble de choses et d’autres, à rigoler et à profiter, c’était vraiment agréable ! C’était cool de discuter avec d’autres gens pendant ce voyage, parce que soyons honnêtes, à part quelques mots échangés avec les commerçants ou les personnes gérant les Air BnB dans lesquels nous avons séjourné, on n’a pas vraiment eu l’occasion d’avoir de vraies conversations avec d’autres personnes.

Le lendemain, on a attaqué la visite de Split. Et alors c’est vraiment une ville magnifique et historiquement riche, j’ai beaucoup aimé, le palais Dioclétien est vraiment exceptionnel de beauté et d’histoire. Mais : il y a beaucoup trop de touristes ! Alors j’ai pleinement conscience de faire partie du problème hein, mais c’était vraiment à la limite du supportable. Nous avons choisi de visiter le musée de la ville (Musej Grada), ce qui nous a permis d’en savoir plus sur la ville et de mieux comprendre les évolutions qu’elle a traversées, en passant d’une domination à une autre (romaine, byzantine, vénitienne, austro-hongroise et même française). Par la suite nous avons voulu aller visiter la cathédrale Saint Domnius mais il y avait plus d’une heure de queue ne serait-ce que pour acheter le billet d’entrée. Nous avons donc abandonné.

On a repris la voiture et on s’est aventurés du côté d’Omis, dont la description dans notre guide nous avait fait rêver, puisqu’elle disait que c’était un ancien repère de pirate. Finalement, plus beaucoup de traces de cette vie de pirate, si ce n’est une grosse épave de bateau à l’entrée de la ville. Mais cette ville construite à flanc de falaise valait tout de même le détour. Nous avons grimpé jusqu’à la tour Mirabela, construite à moitié dans la roche, et qui offrait une vue plongeante sur la côte.

La forteresse de Starigrad à Omis, avouez qu’avec l’envolée d’oiseaux, ça a un petit côté flippant !

Il y a une autre forteresse construite dans la falaise, un peu plus haut et un peu plus loin, tellement bien dissimulée qu’on la voit très peu et seulement depuis certains endroits de la ville. Mais cela exigeait une randonnée assez longue et nous étions déjà en milieu d’après-midi donc nous n’avons pas tenté la grimpée. A la place… on a été à la plage, eh oui ! Petite particularité des plages en Croatie, outre que le sable soit inexistant et qu’on aie affaire à des galets ou des petits cailloux, c’est que comme bien souvent la côte est plutôt le long de falaises, la mer devient très vite très profonde. Il y a généralement un ou deux mètres ou nous avions pieds, et puis ça descendait à pic. On a investi dans un petit masque de snorkelling (meilleur achat compulsif, j’ai adoré mater les petits poissons dans l’eau), et c’était assez impressionnant de voir le fond disparaître d’un coup et laisser place à une étendue sombre assez inquiétante. J’aime beaucoup l’eau et la mer, mais là c’était vraiment perturbant et stressant, de ne pas savoir ce qu’il y a en dessous de soi, je ne me suis donc jamais aventurée bien loin !

Après la visite d’Omis, nous sommes rentrés et nous nous sommes couchés tôt, parce que nous voulions nous lever plus tôt pour aller visiter la cathédrale de Split aux premières heures d’ouverture pour éviter la foule. Une part de moi se disait que c’était inutile et qu’il y aurait toujours autant de touristes quelle que soit l’heure, mais j’avais tord ! Nous sommes arrivés dans le palais Dioclétien à 8h30 et c’était : DESERT ! C’était trop bien ! On a pas fait la queue et on a pu visiter paisiblement la cathédrale, le temple de Jupiter et se balader dans la ville sans croiser beaucoup de monde, c’était vraiment agréable. Et notre dernière après-midi à Split s’est terminée par une petite balade dans le Marjan Forest Park, tout au bout de la pointe de Split, puis à la plage qui se trouvait juste à côté. On m’avait dit que les plages de Split étaient surpeuplées et sales. Je ne sais pas si on a eu de la chance, car certes il y avait du monde, mais nous avons réussi à trouver un coin pas trop peuplé (en dehors de la zone de baignade surveillée, c’est vrai), et pas sale du tout. De façon générale, nous ne sommes jamais tombés sur des plages sales ou désagréables pendant ce séjour en Croatie. Et puis on a eu le droit à un petit coucher de soleil pas dégueu non plus !

La fin de notre séjour approchait et nous avons repris la route vers le Nord du pays et vers Zagreb, non sans un dernier arrêt aux fameux lacs de Plitvice, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, incontournable fierté de la Croatie. Et spoiler : ça vaut vraiment le détour. Même s’il y a beaucoup de monde, surtout que nous l’avons fait un dimanche, c’est vraiment magnifique. J’ai passé environ 5h à répéter en boucle “mais la couleur de l’eau est INCROYABLE”, mon frère a hésité à se débarrasser de moi à quelques reprises tellement j’étais insupportable. Il y a plusieurs itinéraires disponibles, en fonction du temps que vous avez, et de la difficulté. Il y a des bus et/ou des bateaux qui vous permettent d’aller d’un point à un autre un peu plus rapidement. Et comme une image vaut mille mots : en voici quelques unes.

Par contre prévoyez de quoi vous couvrir, pantalon et pull, parce qu’il fait bien plus froid, surtout si vous remontez du Sud comme nous ! Pour finir cette journée, on avait trouvé un hébergement dans une yourte mongole traditionnelle, qui puait bien fort la biquette, mais c’était vraiment sympa comme expérience 🙂

Le lendemain nous sommes repartis vers Zagreb. Il faisait gris, il pleuvait, mon frère est tombé malade, c’était la fin des vacances et ça se sentait. Nous avons visité la haute ville, nous sommes baladés dans les rues, avons vu la belle église Saint-Marc et et visité rapidement la cathédrale Saint-Stéphane. Je ne vais pas vous mentir, c’était pas vraiment ma ville préférée. Mais il y avait le musée des cœurs brisés et ça c’était : trop bien ! C’est un musée qui présente une collection de témoignages associés à des objets, témoins d’une relation terminée. On pense forcément à des relations amoureuses, mais cela évoque aussi des relations amicales ou familiales. C’est vraiment un beau musée, avec plein d’histoires touchantes, émouvantes, drôles parfois, ou déchirantes. J’en suis ressortie toute chamboulée et les larmes aux yeux. Vraiment, si vous passez par Zagreb, cœur brisé ou non, allez-y !

Pour notre dernier jour, nous avons encore une fois déambulé dans les rues de la ville, avant d’aller passer l’après-midi au parc Maksimir un peu à l’extérieur de la ville. De la nature, de la verdure, et plein de chiens qui passaient devant nous : top ! Puis est venue l’heure de rentrer, de rendre la voiture de location (sans aucun problème, malgré notre stress démesuré quant à ce sujet) et de reprendre l’avion direction Paris.

Bilan de ce voyage : c’était vraiment une superbe expérience. La Croatie est un pays magnifique, culturellement et historiquement riche, les plages sont belles, les gens sont accueillants et gentils, bref que du positif ! C’est pas la destination la plus originale du moment mais si vous n’y avez pas encore été, c’est l’occasion ! C’est pas loin, c’est pas cher, même en s’y prenant un peu à la dernière minute comme nous, et ça vaut vraiment le coup. Allez-y !

 

10 jours en Croatie – Première partie

Après moult envies et changements de destination de vacances pour cette année, mon choix s’est finalement arrêté sur la Croatie. Pas ultra original, mais pas loin, et toujours agréable en septembre, et en plus il y a la mer, donc ça cochait toutes les cases de ma liste. Dans la foulée j’ai convaincu mon frère de venir avec moi et hop, c’était parti pour un petit roadtrip de 10 jours entre frère et sœur.

Notre roadtrip a commencé sur les chapeaux de roue avec un fail à la Pétrin Express : on avait réservé la voiture de location avec la carte bancaire de mon frère et la semaine avant notre départ, celle-ci a décidé de rendre l’âme. Evidemment, il faut la carte ayant servi au paiement pour retirer la voiture et bref, je vous la fais courte, mais on a dû repayer un conducteur pour qu’on puisse utiliser ma carte et notre location vraiment pas chère a doublé de prix. Ça restait toujours correct mais bon, ça lançait le trajet sur de mauvaises vibes, disons.

Comme nous sommes arrivés le soir à Zagreb, on y a passé la nuit, et dès le lendemain on a pris la route, direction l’île, et la ville de Krk, qui, pour votre information, se prononce Keurk. On est arrivés dans une petite ville portuaire avec une vieille ville médiévale vraiment très jolie. Bon le tour était vite fait, et après avoir mangé nos sandwichs sur le port, une petite balade d’une heure dans la vieille ville a suffi à faire le tour de ce qu’il y avait à voir. Mais ça donnait le ton sur le type de villes qu’on allait croiser sur notre chemin pendant ce roadtrip. On a fini la journée dans une petite crique pour notre première baignade des vacances, non sans avoir frôlé la mort en descendant à flanc de falaise pour accéder à ce petit coin de paradis perdu (j’exagère un peu mais vraiment, j’ai craint pour ma vie à plusieurs reprises, mais il faut dire qu’on avait pas vraiment pris le chemin le plus accessible pour descendre, la remontée a été bien plus aisée une fois qu’on a vu par où les autres passaient). La journée s’est terminée en beauté dans notre petit Air BnB qui se situait dans une petite dépendance attenante à la maison des propriétaires, qui ont su nous charmer en nous disant que, je cite, “ma fille vous a vu par la fenêtre et elle vous a trouvé très beaux, elle aimerait beaucoup vous dire bonjour”, ce sur quoi une petite fille blonde de 6 ou 7 ans est venue nous dire bonjour. On était conquis. ça plus un petit resto typique bien sympa, que demander de plus ?

Le lendemain matin, nous voilà repartis pour un bon morceau de route, quatre heures pour arriver à Zadar. Mais honnêtement, c’est pas de la route ennuyeuse : bord de mer, route de montagne, grand ciel bleu et horizon dégagé, c’est un peu plus sympa que l’A6 niveau route des vacances quand même ! Pour preuve, on a fait un petit arrêt sauvage sur un coin de graviers pour prendre cette magnifique vue en photo !

Arrivés à Zadar, on prend les mêmes habitudes et on recommence : un petit sandwich mangé au bord de l’eau, puis visite de la ville. Là encore, une vieille ville très accueillante et sympathique. Il y avait même des vestiges romains, un reste de forum et quelques bâtiments religieux qui valaient le détour. Mais pour le moi le clou du spectacle de cette ville, c’était l’orgue marin. Le quoi ? L’orgue marin, c’est une installation mise en place par l’architecte Nikola Basic, et qui reproduit le fonctionnement d’un orgue, mais au bord de l’eau. L’eau en entrant au gré des vagues dans l’orgue, produit le son. Ça nous donne une petite mélodie au rythme des vagues, c’est doux et apaisant même si à force c’est un peu répétitif. A côté, le même architecte a installé le Salut au soleil, un ensemble de panneaux solaires qui se charge pendant la journée et qui la nuit venue recrée la course du soleil, au rythme de l’orgue marin. Sur le papier ça a l’air méga cool, dans la réalité, il y avait un certain nombre de panneaux solaires qui ne fonctionnaient plus, et surtout, un groupe de gros malins de touristes a décidé de s’installer dessus, à une dizaine, assis, comme si de rien était, avec de la musique et tout. Donc déjà ils étaient assis SUR les panneaux qui sont sensés faire de la lumière, et en plus ils faisaient tellement de bruit qu’on n’entendait pas le son de l’orgue marin, donc difficile de se rendre compte de la synchronicité entre les deux. Tant pis.

On a fini la journée en jouant aux cartes au bord de l’eau en attendant le coucher de soleil, qui a décidé de se cacher derrière un bon gros nuage, puis en allant déguster du vin et du fromage, en bons français, dans un restaurant du centre, mais du vin croate et du fromage croate, tout de même ! On a passé la nuit dans un Air BnB à la limite de l’acceptable (les toilettes n’étaient pas fixées, la dame nous a prévenu, mais genre en fait elles étaient vraiment pas fixées, et donc le simple fait de les utiliser faisait sauter le tuyau enfin bref, je vous passe les détails, autant vous dire qu’on s’est arrangés pour ne pas avoir à les utiliser ni le soir, ni le lendemain matin).

On est repartis direction Sibenik le lendemain matin. Les villes croates sur la côte se ressemblent toutes pas mal : beaucoup de pierres blanches, de belles églises (surtout les églises orthodoxes décorées à outrance avec des dorures à foison, personnellement j’adore), une vieille ville plus ou moins fortifiée. On a été faire un tour à la Cathédrale Saint-Jacques puis à la forteresse Saint-Michel qui nous a offert une bien belle vue sur la ville et sur la baie.

Le lendemain on a été faire un petit tour du côté du Parc National de Krka (oui, il y a Krk et Krka, ils se sont pas trop foulés pour trouver un nom je trouve, genre vas-y viens on rajoute juste une voyelle et on en parle plus), réputé pour ses lacs et surtout ses chutes assez incroyables. On pouvait se baigner au pied des chutes et c’était très tentant surtout avec la chaleur qu’il faisait, mais la foule nous a un peu rebutés et on a passé notre tour. Ceci dit je pense que ça doit être assez sympathique comme expérience. Il y avait beaucoup de touristes dans le parc et comme c’est un chemin unique, on était un peu tous à la queue-leu-leu donc pas super agréable, mais la beauté des paysages compensait largement ces petits désagréments.

Dans le parc, en dehors des chutes, il y a plein d’autres choses à voir, notamment un monastère sur une petite île au milieu du lac, mais il fallait repayer pour prendre le bateau et il fallait surtout attendre deux heures, donc a fait l’impasse et on a été voir l’autre monastère inclus dans le parc, tout de même à 45mn de voiture. On a eu le droit à la visite guidée la plus rapide du monde, le tout dans un anglais à l’accent croate très prononcé dont on a compris environ un mot sur 5. Le monastère est très joli et sa chapelle orthodoxe aussi, superbement décorée. Il y également des catacombes, mais elles ne valent vraiment pas le détour puisqu’elles ont été condamnées et la guide nous a permis d’y rester environ une minute trente. On a fini cette journée avec nos activités préférée, lecture au bord de l’eau et baignade !

C’est tout pour la première partie de ce roadtrip, la suite dans un prochain article avec entre autres Split, les lacs de Plitvice et Zagreb pour finir ces dix jours en Croatie !

Des nouvelles et des surprises

Photo by Manuel Meurisse on Unsplash

Oui, oui, je sais, j’ai encore déserté sans prévenir, mais j’ai plein de bonnes excuses. La première, c’est que le mois de juillet a disparu dans l’espace-temps, aspiré dans un trou noir. Je sais pas vous mais moi y’a une semaine j’étais fin juin et là bim, c’est le mois d’août. J’y peux rien si les mois disparaissent comme ça. Ensuite, conséquence de cette disparition du mois de juillet, j’ai un peu le temps de rien en ce moment, pas le temps de lire, pas le temps de regarder des films et des séries (à part Queer Eye que j’ai bingewatché bien salement, j’avoue). Du coup j’avais pas grand chose à vous raconter, très honnêtement. J’suis sur le même livre depuis fin juin (ceci dit vu que le mois de juillet a disparu, ça fait seulement deux semaines dans mon espace temps !), qui est par ailleurs super bien et méga intéressant, mais j’arrive pas à lire. Pas le temps, pas l’envie, pas la motivation. Ça reviendra, ça revient toujours. Mais voilà, on en est là. Et ma dernière excuse, qui est ultra valide et qui j’espère vous plaira, c’est que je bossais avec Elyssa, du Stray Mail (dont je vous ai déjà parlé par ici), sur un super projet dont je viens vous parler aujourd’hui. J’ai nommé…

Le mail dont tu es le héros

Qu’est-ce que c’est ce truc, encore, me direz-vous ? Vous vous rappelez, quand on était petits, y’avait ces livres dont vous êtes le héros, où on pouvait choisir la suite de l’histoire en allant plutôt à la page 12 ou à la page 4. Eh ben c’est le même concept, sauf qu’à la place des pages d’un livre, c’est des mails. Donc une fois que vous vous serez inscrit, vous recevrez un premier mail avec le début de l’histoire. A la fin de ce mail, deux choix vous seront proposés. Il ne vous suffira que de cliquer sur celui que vous préférez et vous recevrez, dans les 24h qui suivent, la suite de l’histoire. Et ainsi de suite. Jusqu’à ce qu’un de vos choix vous amène sur une fin. Et si vous avez un peu suivi, vous savez maintenant que le Stray Mail c’est une newsletter de voyage qui partage les meilleurs articles de la blogosphère francophone sur une destination donnée chaque mois. Reprenant ce concept, on vous emmène en tour du monde grâce à tout plein d’articles de qualité optimale piochés parmi les meilleurs des meilleurs. On vous fait voyager, et en plus de ça on vous fait (re)découvrir plein de blogueurs trop cools, si ça c’est pas tout bénef’ pour vous !

POUR VOUS INSCRIRE, C’EST PAR ICI

Voilà, on espère que ça vous plaira, en tout cas nous on a pris beaucoup de plaisir à préparer tout ça, à sélectionner les destinations et à développer cette petite histoire, à y insérer des blagues nulles et des péripéties incroyables. Ça commence aujourd’hui, donc lancez-vous 🙂

3 jours à Lisbonne

Je vais pas vous proposer un programme détaillé parfait pour passer le meilleur weekend possible à Lisbonne en voyant tout ce qu’il y a à voir tout en voyant aussi les trucs pas touristiques mais à faire, parce que ce weekend à Lisbonne était le moins préparé du monde. C’était prévu depuis longtemps qu’on y aille, en famille, oui. Mais comme j’ai attendu le dernier moment pour organiser notre séjour sur place en termes de choses à voir, et que des imprévus de dernière minute m’ont empêchée de faire ça au dernier moment, on y a été vraiment à l’arrache. On a décidé plus ou moins dans l’instantané de ce qu’on allait faire ce weekend là, armé de notre guide, notre carte et de notre sens de l’orientation. Et le weekend s’est quand même pas mal résumé à : manger, marcher au hasard, monter des escaliers, admirer la vue, manger, marcher au hasard, etc.

Mes trucs préférés vus à Lisbonne, c’était : le Castillo San Jorge, le Panthéon, la place du Commerce, les petites rues colorées et pleines de mosaïque de l’Alfama, les plats à base de morue, la Superbock, les maisons de toutes les couleurs, les points de vue sur la ville tous différents et tous exceptionnels, les pastéis de Nata, le jardin tropical Estufa fria. Et comme une image vaut mille mots, en voici 12 pour vous convaincre de la beauté de cette ville.

3 jours à Toronto

Je vous ai déjà parlé de la belle ville de Toronto dans cet article, mais j’ai eu l’occasion d’y retourner au mois d’août avec mes parents et je voulais partager avec vous cette deuxième expérience. La première fois que j’y suis allé, c’était le mois de novembre, donc autant vous dire que c’est deux ambiances complètement différentes. On est partis pour trois jours, et on a perdu beaucoup de temps la première journée après avoir attendu plus d’une heure pour récupérer notre voiture de location et après avoir essuyé embouteillage sur embouteillage sur la route entre Montréal et Toronto. Au lieu d’arriver dans l’après-midi, nous sommes donc arrivés à Toronto aux alentours de 20h. Après un petit tour rapide à notre chambre louée sur Air Bnb (encore une fois déception de ce côté là, décidément Toronto tes Air Bnb sont mauvais), nous avons pu commencer notre exploration de la ville.

The One Eighty & 7 West Cafe

Notre première étape était d’aller boire un verre au One Eighty, un restaurant situé au 51e étage qui offre donc une superbe vue panoramique sur toute la ville, et sur la CN Tower. C’est une bonne alternative pour avoir une belle vue de la skyline de Toronto, tout en profitant d’une bière bien méritée. J’avais lu qu’il fallait payer 5$ pour monter, mais nous avons finalement pu monter sans rien payer. Vous pouvez manger sur place mais c’est un restaurant plutôt chic, alors pour notre part on s’est contentés de boire un verre. Les consommations sont un peu chères, mais en comparaison au prix que coûte la CN Tower, c’est un bon compromis.

Notre deuxième arrêt de la soirée s’est fait au 7 West Cafe, situé non loin du One Eighty. Trouvé un peu par hasard en cherchant un restaurant encore ouvert à presque 23h, on n’a pas été déçus. Le 7 West Café est ouvert 24h/24, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas un restaurant un peu glauque et craignos, mais un endroit super sympa réparti sur trois étages, la déco est travaillée et jolie. Alors certes parmi la clientèle se mélangent les touristes tardifs comme nous et les fêtards un peu alcoolisés, mais c’est assez divertissant ! La fatigue aidant, nous ne nous sommes pas non plus éternisés sur place, on a englouti nos grilled cheese qui étaient bien délicieux et nous sommes rentrés pour notre première nuit sur place.

 

Petit déjeuner dans le Distillery District
Le lendemain, on a pris la direction du Distillery District pour un petit déjeuner au soleil. Je crois que je peux officiellement dire que le Distillery District est l’un de mes quartiers préférés de Toronto. Les bâtiments de brique, les rues piétonnes, les cafés et restaurants chaleureux et l’ambiance de ce quartier m’ont vraiment séduite, aussi bien en novembre dernier que cet été. Pour notre petit déjeuner, nous nous sommes rendus au Balzac’s, c’était un peu obligé qu’on choisisse ce café en tant que français 🙂 La décoration du café était vraiment cool, mais avec le soleil qu’il y avait dehors, nous avons préféré nous installer en terrasse.
 

CN Tower, City Hall & St Lawrence Market

Rien de mieux d’après moi pour visiter une ville que d’arpenter ses rues un peu au hasard, de se perdre tout en observant ce qu’il y a autour de nous. C’était le temps idéal pour le faire, avec le grand soleil qui nous chauffait tranquillement ce jour-là. On a donc déambulé dans les rues de Toronto, en direction de la CN Tower – c’est un point de repère facile à suivre – et en passant par l’ancien et le nouveau City Hall, en faisant des détours pour voir un peu toutes les églises que l’on voyait de loin, en entrant dans Union Station en travaux parce qu’il paraît que c’est une jolie gare quand elle n’est pas encombrée d’échafaudages et de bâches en tout genre. Arrivés à la CN Tower, nous ne sommes pas montés, mais avons continué notre chemin vers les bords du lac Ontario, où nous avons fait une petite pause repas. Une bien jolie vue pour profiter du soleil et du moment ! Après le repas, nous avons continué nos déambulations dans la ville en revenant un peu sur nos pas vers le St Lawrence Market, qui se répartit sur deux étages et qui propose tout une sélection de produits qui donnent vraiment envie ! Mais l’avantage de visiter un marché après manger, c’est qu’on ne se retrouve pas à faire des achats impulsifs de bouffe !

 

Soirée aux Chutes du Niagara

Il ne nous restait plus qu’à reprendre la route et à nous rendre à Niagara Falls, pour voir les incontournables chutes. Là encore, je vous en avais déjà parlé dans un précédent article, mais l’expérience était totalement différente avec un temps clair et dégagé. Mais surtout, cette fois-ci nous avons fait le petit tour en bateau qui nous a emmené au pied des chutes, là où tu te prends une petite douche gratuite. Vu d’en haut, on a vraiment l’impression que le bateau est quasiment DANS les chutes et c’est assez effrayant de se dire qu’on va y être sous peu, mais une fois sur le bateau, c’est moins apeurant, par contre c’est impressionnant au possible de voir ces immenses chutes de si près, d’entendre le grondement assourdissant. On avait décidé de rester jusqu’au soir pour voir les illuminations sur les chutes, et là encore, ça valait vraiment le détour. C’est super joli, ça donne un côté un peu irréel à cet édifice naturel, j’ai vraiment aimé. Un bon moyen de s’endormir avec de belles images plein la tête.

Quartier Chinois et Kensington Market

Pour notre dernier jour, on a commencé par un petit déjeuner dans un parc à base de bagels au pépites de chocolat, car il faut bien ça pour prendre des forces. Notre temps a été consacré à quelques déambulations supplémentaires dans la ville, mais cette fois-ci du côté du quartier chinois qui est pas mal grand à Toronto, et du côté de Kensington Market, qui est un quartier très agréable, avec plein de petites boutiques, de petits cafés sympas, de restos variés, et pas mal de street art également ! J’ai envie de dire que c’est un peu le quartier hipster de Toronto, mais je ne pense pas à mal en disant ça, c’est vraiment l’ambiance qui en ressort. C’était en tout cas un beau quartier pour finir notre visite de Toronto avant de repartir vers Montréal.

Et voilà pour le programme de ces trois jours à Toronto ! J’espère que ça vous a plu, encore une fois n’hésitez pas à commenter pour me dire ce que vous en avez pensé, et aussi n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter juste en haut à droite pour recevoir un mail à chaque nouvel article posté !

Roadtrip en Gaspésie #3 : Percé et Bonaventure

Suite et fin de notre petit roadtrip estival, après les aventures mouvementées des jours précédents, nous voilà partis en direction de la bien jolie ville de Percé, célèbre pour son rocher…percé, mais aussi pour l’île Bonaventure située un peu plus loin au large, et réputée entre autres pour la colonie de fous de bassan qui y a élu domicile. On avait prévu d’aller sur l’île, mais on s’est finalement contentés de la croisière en bateau qui passe à proximité du rocher Percé et qui fait le tour de l’île Bonaventure. Croisière super agréable qui dure environ 45mn et qui vous coûtera la somme de 35$. On a appris beaucoup de choses au cours de cette croisière et on a pu voir des paysages bien agréables, que ce soit avec le rocher Percé ou la vue sur l’île Bonaventure. C’était assez impressionnant de voir tous ces oiseaux accrochés à la roche, de loin plus semblables à des petits points blancs. Mais quand on s’approche et qu’on saisit l’ampleur de la colonie d’oiseaux qui vit sur ces parois rocheuses, c’est vraiment époustouflant.

 L’après-midi, nous avons marché dans la ville et nous nous sommes rendus jusqu’au Mont Joli, qui n’est pas vraiment haut mais qui propose un joli panorama sur l’île et sur le rocher. On a également visité le petit musée gratuit situé juste à côté de l’embarcadère pour la croisière, qui retraçait un peu l’histoire de Percé et celle du commerce de la morue qui y prenait place. Pour conclure la journée, rien de tel qu’un bon restaurant suivi de la dégustation d’une bonne bière dans une brasserie locale, le Pit Caribou, où on a eu la chance de tomber sur un concert le soir où nous y sommes allés. Un peu de punk gaspésien, ça ne peut pas faire de mal 🙂 Et puis évidemment, les bières, brassées localement, étaient délicieuses.

 

 La fin de notre semaine approchait, et nous sommes partis le lendemain matin direction Bonaventure, dans la baie des chaleurs. Nous avions prévu de dormir à Cime Aventures, et c’est là que nous nous sommes directement rendus. C’est là également que nous avons fait une petite virée en kayak/canot sur la rivière Bonaventure (oui tout s’appelle Bonaventure visiblement en Gaspésie), qui est tellement pure qu’on peut boire directement son eau, ce qu’on ne s’est pas privés de faire. On avait loué un kayak une place, un kayak deux places, et un canot deux places, et on est partis à l’attaque de cette belle rivière. Il ne faisait pas super beau et il a même plu par moments, mais c’était vraiment une belle après-midi qui s’est soldée par de belles courbatures aux bras le lendemain. Vous comprendrez aisément que je n’aie pas pris mon appareil photo avec moi, pas trop envie de risquer sa mort pour quelques photos. Je me suis contentée de quelques photos à l’appareil jetable étanche, dont voici deux d’entre elles (bon c’est des scans de téléphone donc merci de ne pas trop juger la qualité haha)

 

Après cette après-midi sportive, on s’est finalement rendus à notre “écolodge” sur pilotis, un grand chalet sur pilotis donc, au milieu de la forêt, composé d’une seule grande pièce et d’une salle de bain attenante, ainsi qu’un petit balcon. Notre chalet s’appelait la licorne donc c’était parfait. On a conclu la soirée, comme d’habitude, avec une bière au bar/restaurant de Cime Aventures, puis par un petit restaurant dans le centre de Bonaventure.

Le dernier jour avant le retour à Montréal, nous sommes partis en direction de Québec et des chutes Montmorency, mais je ne vous en reparlerai pas, puisqu’on a fait à peu près les mêmes choses que ce dont je vous ai parlé dans mon article sur Québec et dans celui sur les chutes.
Et voilà, c’est la fin du roadtrip, une semaine riche en aventures, en émotions, en paysages incroyables, en rencontres sympathiques et en bonne compagnie. Si jamais vous prévoyez un petit roadtrip dans ce coin là, une semaine c’est le minimum, deux semaines ça doit être vraiment parfait, pour avoir le temps de s’arrêter partout et de bien profiter de tout ce qu’il y a à voir dans cette belle région. Aussi, ne faites pas comme nous, et réservez à l’avance. Je l’ai déjà dit, on a eu de la chance parce qu’on était en début de saison, mais en pleine saison haute ça risque d’être bien plus compliqué ! En tout cas je vous recommande chaudement la visite de la Gaspésie, c’était vraiment dépaysant, beau, exceptionnel, intéressant.
Je reviens bientôt avec d’autres articles pleins d’aventures et de visites canadiennes, mais aussi parisiennes, parce qu’il n’y a rien de mieux que de jouer les touristes dans sa propre ville 🙂 D’ici là, dites moi ce que vous en avez pensé !

Roadtrip en Gaspésie #2 : Du Parc National de la Gaspésie à Gaspé

Après ces deux premiers jours plutôt parfaits, nous voilà partis de notre superbe chalet à Saint-Anne-des-Monts, direction le Parc national de la Gaspésie pour une petite randonnée paisible et agréable. Déjà, on a mis un peu de temps à trouver le centre de découverte d’où partaient les randonnées, mais au moins ça nous a permis de voir quelques paysages pas trop moches au passage, au bord de la rivière et jusqu’à un lac bien joli.

 

Après avoir acheté de quoi se faire un petit pique-nique et choisi le chemin de randonnée que l’on voulait suivre, nous voilà partis pour une belle balade de 4h selon le guide papier offert par le parc : ascension au sommet du Mont-Albert et retour compris. Quel beau mensonge, pour des novices de la randonnée comme nous ! Après une heure et demi de marche il s’est mis à pleuvoir des cordes comme jamais, et évidemment personne n’avait de k-way ou autre protection, donc on a rapidement été trempés. Et après trois heures de marche, on a rencontré un petit panneau qui nous indiquait que nous étions encore à un kilomètre du sommet. C’est là qu’on a abandonné. Surtout qu’en même temps, on a eu le droit à un beau petit orage qui a anéanti nos dernières motivations. On a donc fait demi tour et on a entamé notre descente. Autant vous dire que sous la pluie, en descente, trempés, n’y voyant rien, c’était compliqué. On passera sur la belle chute que je me suis payée en cours de route, plus de peur que de mal, j’ai juste hérité d’un joli genou tout bleu et d’un trou dans mon jean ! La pluie s’est finalement arrêtée et on a lentement progressé pour arriver à la fin de cette randonnée de la mort. 19h30, nous voilà arrivés à la voiture, il ne nous restait plus qu’à rouler jusqu’à Mont-Saint-Pierre et à prendre un repos bien mérité dans un chalet mignon comme tout au bord de la mer. 

 

Après cette journée riche en émotions, on a poursuivi notre voyage avec des étapes un peu plus calmes et tranquilles, avec une journée à thème visite de phares. Notre premier arrêt était au phare de Pointe-à-la-Renommée. Petit phare rouge très mignon et à l’histoire très intéressante, le phare actuel a été construit à Paris et assemblé sur place (sisi la France) ! La guide était très intéressante et super gentille, et a même pas été blasée par nos réactions de touristes quand on a vu des baleines au loin dans la mer. Des baleines ! On était comme des enfants, c’était vraiment trop bien. Sur la troisième photo ci-dessous, vous pouvez voir un petit point noir au milieu de la mer, c’est une baleine, oui mesdames, oui messieurs ! 

Après une petite pause pique-nique avec vu sur la mer et ses baleines, on a continué notre route, direction Cap des Rosiers et son phare qui est le plus haut du Canada. En plus d’être beau, impressionnant, et de faire les cuisses quand tu montes tout en haut, le guide qui nous a fait la visite était vraiment passionné et passionnant, c’était absolument fantastique. C’est vraiment une visite que je vous recommande, tant pour la vue que pour l’histoire.

 On a finalement repris la route vers Gaspé, où nous avons passé la nuit dans un motel à l’américaine qui a ravi nos sens de cinéphiles. On avait une énorme chambre avec trois lits doubles c’était trop la fête ! Bon, c’est aussi à Gaspé qu’on a eu notre première expérience négative, socialement parlant. On est entrés dans le bar du motel, qui visiblement était principalement occupé par des habitués. A notre entrée, gros silence, tout le monde nous a fixé. On est allés s’asseoir dans une ambiance plus que malaisante, et à notre passage on a toujours eu le droit à ces regards sur nous et quelques réflexions du genre “tiens, l’autocar de touristes vient d’arriver”. Finalement on est restés trente secondes top chrono et puis on est repartis. On a trouvé un petit restaurant super sympa pas très loin, beaucoup plus accueillant et convivial et on a passé une super soirée. Avant d’aller se coucher, on a été faire un tour à pied sur le port, c’était beau et apaisant (et on a pu digérer tranquillement). Donc un peu moins séduits par Gaspé que par les villes précédentes, mais dans l’ensemble une journée bien agréable !
C’est tout pour aujourd’hui, n’hésitez pas à laisser des commentaires pour me dire ce que vous en avez pensé ! La prochaine fois on continue avec Percé, Bonaventure et Québec, pour la fin de notre roadtrip 🙂

Roadtrip en Gaspésie #1 : de Rimouski à Sainte-Anne-des-Monts

Attachez vos ceintures, lancez la playlist musicale de votre choix et c’est parti : je vous emmène avec moi à travers une série d’articles pour une semaine de roadtrip entre amis à travers la Gaspésie.
Tout d’abord, il faut que vous sachiez que cette semaine de roadtrip était placée sous le signe du Yolo et de l’absence ou presque de préparation. J’avais défini des étapes et des choses à faire pour chaque jour, mais on a réservé la voiture de location (élément central s’il en est d’un roadtrip) la veille du départ, et on trouvait des logements l’après-midi, voire le soir,  pour le soir-même. On a eu de la chance d’être en début de saison et de profiter des motels, auberges, chalets à tarif raisonnables et surtout qu’ils soient disponibles. Si on était partis en juillet je pense que ça aurait été beaucoup plus compliqué ou en tout cas plus cher de fonctionner comme ça. Mais on a été chanceux !

 

On est donc partis le dimanche en début d’après-midi pour arriver à Rimouski dans la soirée. Après toute cette route, on avait bien mérité une petite bière dans une microbrasserie locale : Le Bien, le Malt. De bonnes bières locales, une discussion géniale avec le serveur et des shooters vodka, moutarde et cornichons ont inauguré en grande pompe cette première soirée de vacances. En plus, on avait réussi à dénicher une super auberge où dormir : l’espace globetrotter. Paul, le propriétaire, était vraiment très gentil et nous a même offert le café le lendemain matin, autour duquel on a discuté une heure de tout et de rien. C’était vraiment une rencontre enrichissante qui a donné le ton de ces vacances. On oublie tout ce qu’on connaît, on ouvre grand les yeux et on profite de l’expérience.
On n’a finalement pas vraiment eu le temps de visiter Rimouski, mais on est partis direction Pointe-au-Père pour aller visiter le sous-marin Onondaga et le phare. Malheureusement, le phare était fermé pour rénovations et ne devait rouvrir qu’une semaine après notre passage. La visite du sous-marin, quant à elle, était vraiment cool, intéressante et inédite. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de visiter un sous-marin ! Et l’audioguide était très explicatif, c’était top.

 Nous avons ensuite repris la route en direction des jardins de Métis, qui sont vraiment très jolis et valent le détour, même si l’entrée est un peu chère (20$). Cependant avec cette entrée, on bénéficie de réductions à Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts et au Bioparc de la Gaspésie à Bonaventure. Pour notre part, nous n’avons pas profité de ces réductions, mais ça peut valoir le coup ! Pour vous donner envie d’aller voir les jardins, rien de mieux que quelques photos triées sur le volet (la sélection a été très dure !).

Après un arrêt poutine à 16h on a continué notre chemin le long de la route 132. On voulait faire un arrêt au Cap-Chat, un rocher qui aurait apparemment la forme d’un chat accroupi, mais l’accès était barré et clairement, de plus loin, on ne voyait pas ce rocher. Nous avons quand même profité d’un petit moment en bord de mer, avec soleil couchant, marée montante et gros fous-rires pour compagnie.
Cet arrêt a également été l’occasion de rencontrer quelques habitants du coin, qui nous ont raconté la légende autour de ce rocher en forme de chat. La légende veut donc qu’un chat sauvage se promenait sur la grève et tuait et mangeait des oiseaux. Il a été surpris par une fée, qui lui a reproché d’avoir tué de pauvres animaux innocents qui étaient pour elle comme ses enfants. Pour le punir et pour rappeler à tous les conséquences d’un tel acte, elle usa de sa magie pour transformer le chat en pierre. Et c’est là l’explication de ce rocher en forme de chat.
On a fini par trouver refuge pour la nuit dans le chalet le plus beau, le plus accueillant, et surtout avec la plus belle vue plongeante sur la plage, la mer et le soleil couchant, à l’auberge Château Lamontagne. On avait notre petit chalet six places, et on a tranquillement profité de la soirée en jouant au carte au chaud avec le bruit de la pluie en fond sonore. Oui parce qu’on n’a pas vraiment été gâtés en terme de météo pendant cette semaine. C’était une première journée bien remplie et qui nous en a mis plein les yeux.

 Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que la lecture était agréable, et rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir nos exploits depuis le Parc National de la Gaspésie jusqu’à notre arrivée à Gaspé. Au programme du positif, du négatif, du sang et des larmes, mais aussi de la bière, des bons repas et des paysages de fous ! À la semaine prochaine !

Les Chutes Montmorency

Comme je vous le disais dans mon article sur Québec City, j’ai profité de mon séjour pour aller faire un tour aux Chutes Montmorency. Alors déjà c’est trop cool parce que ça s’appelle comme une ville du Val d’Oise, donc ça rappelle la maison ! Et surtout, surtout, c’est vraiment un endroit magnifique. J’ai l’impression qu’elles sont souvent comparées aux chutes du Niagara mais pour moi rien à voir. Les chutes du Niagara c’est très grand, très impressionnant, et très commercial. Les chutes Montmorency sont moins larges mais apparemment un peu plus hautes que celles du Niagara, mais on est vraiment plus immergés dans la nature, on n’a pas tout ce business autour. Enfin je crois qu’il y a un coin boutique et compagnie, mais on peut clairement faire le tour sans rien en voir, et ça c’est parfait. En prenant le bus, on arrive en haut des chutes, et on peut descendre tout en bas grâce à une sacrée flopée de marches. Perso je suis pas descendue tout en bas, parce qu’arrivée aux deux tiers environ, on commence à se prendre pas mal de projections d’eau de la chute, et j’avais pas prévu de vêtements de pluie et j’avais pas spécialement envie d’être trempée. Mais la vue, que ça soit d’en haut, du pont, ou des escaliers, est absolument époustouflante. Et comme une image vaut mille mots, je vous laisse avec ces quelques photos.

Québec City

La semaine dernière j’ai profité d’avoir deux jours de congés pour aller visiter la belle ville de Québec. C’est seulement à deux heures et demi de route de Montréal et c’est assez petit pour avoir le temps de tout voir ou presque en deux jours, donc c’était l’idéal. Je suis donc partie lundi dernier très tôt, en covoiturage, pour arriver à 9h30 à Québec. Après un petit chocolat chaud pour se réveiller (oui j’ai dormi tout le long de la route, évidemment), j’ai commencé tranquillement ma découverte de Québec. Il faisait plutôt gris, mais c’était quand même agréable de se promener. J’ai commencé par aller me balader sur les plaines d’Abraham, et longer le Saint-Laurent. Je comptais marcher jusqu’à la citadelle et puis finalement mes pas (et la promenade des Gouverneurs) m’ont menée jusqu’au château Frontenac, LE monument à voir à Québec. Et qui n’a de château que le nom (et l’apparence), puisque c’est et a toujours été un hôtel. Mais se promener et arriver, au détour d’un virage, face au château Frontenac, ça vaut clairement le déplacement.
Après une (énorme) poutine en guise de déjeuner, j’avais réservé ma place pour un “free walking tour” de Québec. C’est un concept que j’aime beaucoup et que j’avais déjà testé à Budapest. Un guide local te fait visiter gratuitement la ville en te proposant quelques anecdotes et faits historiques qui changent de l’ordinaire et que tu n’aurais pas forcément eus lors d’une visite guidée classique, et tout ça pour pas cher, puisque la contribution financière est libre. Chacun donne à hauteur de ses moyens. Bref, encore une fois, c’était une très bonne expérience, le guide était très sympathique et intéressant. Evidemment je me suis retrouvée une seconde fois au château Frontenac, puisque c’est l’incontournable de la ville, mais j’ai également vu tout un tas de choses très sympas. En plus de ça, le soleil a fait son apparition pour l’après-midi, et Québec est encore plus belle avec un ciel bleu en arrière plan.
Le guide nous a notamment fait découvrir le Morrin Center, qui est aujourd’hui une bibliothèque, mais qui était à l’origine la première prison de Québec. Avec le tour, on est juste passés devant, parce que la bibliothèque est fermée le lundi, mais j’y suis retournée le lendemain pour visiter l’intérieur, en grande accro à la lecture que je suis. Pour finir cette première journée, j’ai marché jusqu’au quartier où j’allais passer la nuit pour ma première expérience de couchsurfing en solitaire. Vers 21h, j’ai été rejointe par Laurence, la fille chez qui j’allais dormir et on a bu une bière ensemble avant de rentrer. Le lendemain matin, elle m’a conseillé une place où prendre un petit déjeuner et on est reparties chacune de notre côté. J’ai consacré mon mardi matin aux chutes Montmorency, dont je vous parlerais une prochaine fois parce que clairement ça mérite un article entier, et je suis retournée sur Québec vers midi pour terminer ma visite de la ville. Je me suis pas mal baladée dans la ville, un peu au hasard, sur le port, et puis sur les remparts de la ville pour aller jusqu’à la citadelle que je n’avais pas vu la veille. Et puis il ne me restait plus qu’à me rendre au point de rendez-vous pour mon covoiturage de retour.

C’était un peu le voyage des premières fois pour moi, puisque c’était la première fois que je voyageais seule, que je visitais une ville seule (en dehors de Montréal mais ça compte pas vraiment), et c’était la première fois que je faisais du couchsurfing, et tout s’est bien passé, j’ai passé deux super jours et contrairement à ce qu’on pourrait croire, voyager seule n’est pas ennuyeux ou long. Enfin pas pour deux jours en tout cas !