Portrait culturel #1 : Hélène

Les portraits culturels de Petit Papier
N°1 : Hélène

Petit papier est de retour ! Et avec un article bien particulier en plus ! Ça fait un moment que je réfléchis à cette idée, j’avais envie de donner la parole à des gens qui ne sont pas habituellement dans l’univers des blogueurs et/ou des réseaux sociaux culturels. Déjà parce que je trouve que c’est un milieu qui tourne beaucoup autour de lui-même et quand un livre/film/série est plébiscité par une personne, il est vite repris par tout un tas de monde et on se retrouve à tous lire les mêmes livres, regarder les mêmes films et les mêmes séries. Et c’est un peu lassant. Du coup je me suis dit que j’allais inviter des gens sur le blog, pour qu’ils nous parlent d’objets culturels de leur choix, qui les ont marqué, qu’ils ont envie de partager, qu’ils considèrent d’utilité publique. J’ai décidé de commencer cette nouvelle rubrique en invitant tout simplement ma bff, parce que c’est une personne exceptionnelle et qu’en plus de ça elle a de très bons goûts. Alors que demander de plus ? Sur ce, voici les objets culturels choisis et présentés par Hélène, pour ce portrait culturel #1 !


Hélène Zouzou, 26 ans, Nantes. Passionnée de musique, puis de cinéma, puis de séries, puis de BD. Plutôt curieuse, depuis quelques années je m’intéresse particulièrement aux artistes locaux des différents endroits où j’ai pu vivre, en France comme à l’étranger. J’aime une œuvre quand elle ne me laisse pas indifférente. J’aime être questionnée, bouleversée, choquée, émue. J’aime rire aussi, et si c’est une femme qui est à l’origine de tout ça, c’est encore mieux.


Ouvrir la voix, Amandine Gay

Ouvrir La Voix est un documentaire sur les femmes noires. On y croise plusieurs récits d’expérience, on y parle discriminations, clichés et besoin de se (ré)affirmer.

Début 2017, je commence à m’intéresser à l’afroféminisme et à l’intersectionnalité. Après quelques recherches sur l’Internet, « j’entends » rapidement parler d’un documentaire sur les femmes noires. Un an plus tard, je découvre Ouvrir la voix. Grosse claque. Comme si pendant 25 ans j’avais vécu avec des incompréhensions, des frustrations, et que d’un coup je réalisais que je n’étais pas seule et que j’avais des alliées, là, en face de moi, qui osaient dire tout haut ce que je pensais tout bas. Le film est découpé en différentes thématiques ; le jour où tu comprends que tu es noire, le cliché de la femme exotique, grandir dans une famille noire, les orientations sexuelles, la dépression, les codes de la beauté, la religion, le communautarisme, etc. La moitié des récits abordant sexisme et racisme résonnaient en moi et je découvrais en même temps en entendant l’autre moitié, que j’avais une petite place de privilégiée en ayant échappé à certaines discriminations. Ouvrir la Voix est le film que j’aurais aimé voir ado et j’y ai repensé pendant pas mal de temps. A vrai dire j’y ai tellement repensé que je suis retournée le voir, quelques semaines plus tard et j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec Amandine Gay, qui s’était déplacée pour répondre aux questions du public, en précisant que « si vous êtes un homme blanc cis hétéro valide, merci d’attendre la toute fin pour prendre la parole ». Merci Amandine. Merci de donner de la voix à ceux et celles que l’on écoute pas.

Pourquoi le voir ?
Pour qu’on arrête de nous demander d’où l’on vient « vraiment », pour qu’on arrête de nous toucher les cheveux, pour qu’on arrête de dire «black » au lieu « noir », pour qu’on arrête de prendre la parole à notre place et pour mille autres raisons encore, j’aimerais que la terre entière voit ce film.

Féminin / Féminin, Chloé Robichaud

Féminin / Féminin est une websérie dans laquelle on suit le quotidien d’une dizaine de femmes lesbiennes ou bisexuelles à Montréal.

Les séries mettant en avant des femmes queers sont bien trop rares et celles de bonne qualité se comptent sur les doigts d’une main. Alors quand la première saison de Féminin / Féminin est sortie en 2014, on a du m’entendre crier « ALLELUIA » dans toute ma cité U. Je suis tombée en amour de cette websérie québécoise dès les premières minutes où j’ai rencontré ces femmes, aux profils différents, chacune avec sa singularité, mais toutes plus attachantes les unes que les autres. On découvre la vie de se groupe d’amies et parallèlement les 8 épisodes de la saison 1 sont entrecoupés d’extraits d’entretiens des personnages sous forme de faux documentaire. Face caméra, chacune questionne son orientation sexuelle, sans jamais tomber des les clichés et c’est cet aspect qui fait la force de Féminin / Féminin, en abordant une multitude de thèmes universels avec toujours beaucoup de justesse. On note aussi le choix des morceaux accompagnants les épisodes et formant une bande originale qui frôle la perfection.

Huit épisodes et puis plus rien. Pas de nouvelle d’une éventuelle deuxième saison. La créatrice et réalisatrice Chloé Robichaud semble plutôt se concentrer sur le cinéma. L’attente. L’interminable attente. La saison 1 vue et revue et re-revue, en espérant désespérément une suite. Et fin 2017, une photo postée sur Instagram qui annonce de nouveaux épisodes. Début 2018, la saison 2 débarque sur Studio 4. Nous voilà rembarqué.e.s au sein de cette bande de potes (dont on aimerait tant faire partie) ! Quel bonheur de toutes les retrouver et de faire la connaissance des nouveaux personnages, dont un personnage transgenre, ce qui est à souligner. Nouvelles problématiques, nouvelles intrigues, mais l’on reprendre aussi certains ingrédients (fausses interviews des protagonistes, b.o. qui déchire) et surtout où continue de parler d’amour, sous plusieurs formes, dans cette saison 2. Pas de nouvelles depuis le dernier épisode, on espère une saison 3, sans avoir à devoir patienter 4 ans encore, et en attendant on re-mate les 16 épisodes dispo sur Youtube.

Standing in the way of control, Gossip

Standing in the way of control est le troisième album du groupe Gossip. Petit rappel : avant d’être un groupe de pop moyen, The Gossip était un excellent groupe de rock indé. Sortie de deux albums studio, quelques EP et le groupe opère son premier grand virage en 2003 ; l’ancienne batteuse Kathy Mendonça quitte le navire et est remplacée par Hannah Blilie, rejoignant ainsi Beth Ditto et Nathan Howdeshell, mythiques membres fondateur.rice.s. Le groupe perd également son « The » et c’est sous le nom de« Gossip » que Standing in the way of control sort. Ce troisième album se démarque des deux premiers par un son plus soigné et des mélodies dansantes.

Standing in the way of control, c’est l’alliage parfait entre de la pop dansante et du punk, le tout avec des petites influences disco. Les dix titres qui composent l’album s’enchaînent dans une cohérence absolue et on sent que les trois membres du groupe sont en osmose ; Nathan nous offre des petits riffs entêtants (Fire with fire, Eyes Open, Yr mangled heart), Hannah amène de nouvelles rythmiques irrésistibles (je défie quiconque d’écouter le fabuleux titre qui donne son nom à l’album, sans bouger ne serait-ce qu’un orteil), et Beth, cerise sur le gâteau, nous montre tout l’étendu et la puissance de sa voix sur des morceaux comme Coal to Diamonds ou Listen Up !

Je n’ai pas découvert Standing in the way of control à sa sortie, mais quelques années après. C’est bien dommage, parce que la moi adolescente mal dans sa peau aurait très vite été séduite par la merveilleuse Beth Ditto.

Pour avoir vu jouées en live 2-3 chansons de l’album à d’autres périodes de Gossip, je peux dire que j’aurais payé cher pour pouvoir assister à un concert du groupe sur cette tournée ! Suite à la sortie de ce troisième opus, le trio opère son deuxième grand virage, signe avec Sony et commence à dangereusement flirter avec de la « pop molle ». Music for men, le quatrième album est un succès auprès du grand public notamment grâce à Heavy cross (dernier bon morceau du groupe). Étonnamment beaucoup de gens associent Gossip à ce titre, alors que trois ans plus tôt le groupe signait son meilleur album, à son image, engagé et festif, punk et dansant. Comme le chante si bien Beth Ditto : « take my advice and listen up / don’t be a fool like the rest of us, now listen up! », écoutons et ré-écoutons donc l’album Standing in the way of control.


Mille mercis à Hélène d’avoir accepté d’inaugurer cette nouvelle rubrique sur Petit Papier, et de nous avoir conseillé ces trois œuvres (et aussi d’être une personne géniale) ! Perso ça me motive encore plus à voir Ouvrir la voix, à découvrir Féminin / Féminin, et j’ai remué mes fesses au son de Gossip en préparant cet article, au top !

Du coup, si vous êtes vous-mêmes intéressés à participer aux portraits culturels, n’hésitez pas à m’envoyer un e-mail (charline@petitpapierblog.fr) en me disant un peu qui vous êtes, d’où vous venez, ce que vous faites dans la vie, et en me disant de quelles œuvres vous souhaitez parler (3 ou 4; des livres, des films, des séries, des podcasts, des albums ou même des chansons, ce que vous voulez, pas forcément un de chaque, vous êtes libres !)

Et n’hésitez pas à me laisser un p’tit commentaire pour me dire ce que vous pensez de cette nouvelle rubrique, si vous avez des remarques, positives ou négatives, je prends tout !