2018 : bye bitch !

Photo by Toa Heftiba on Unsplash


Wow, ça faisait un moment que j’étais pas venue par ici. C’est pourtant pas les idées qui manquent, j’ai au moins 6 brouillons d’articles qui attendent sagement d’être terminés un jour ou l’autre. C’est juste le temps qui a décidé de filer à toute vitesse, et la vie qui s’est chargée de me tenir occupée physiquement et surtout mentalement, plus que de mesure, ces derniers mois. Et le peu de temps libre qu’il me restait, je le passais à végéter devant une série ou un film, du genre qui demande le moins d’activité cérébrale possible parce que je n’étais plus en mesure de réfléchir. J’ai même pas réussi à finir un livre depuis plus d’un mois, c’est dire ! Et pourtant il est très bien et j’ai envie de le dévorer, mais mon cerveau fait la grève. Il y a eu le travail, le stress de ce projet qui se déroule absolument pas comme prévu, qui prend du retard considérable et que je ne sais toujours pas comment je peux humainement terminer dans les temps. Il y a eu les cadeaux de Noël, les achats de dernière minute, le stress de savoir si ce que j’ai choisi allait plaire aux gens que j’aime, la peur de ne pas trouver ce que je cherchais. Et enfin il y a eu la recherche d’appartement. Qui a concentré une grande partie de mon temps libre, et pris beaucoup de place dans mon cerveau. J’y ai cru, j’ai désespéré, j’ai failli abandonner, j’ai eu un regain d’espoir et j’ai finalement trouvé un appartement au top ! Mais ce n’était que le début. Après il a fallu organiser le déménagement, préparer la paperasse diverse et variée qui l’accompagne, trier, ranger, acheter ce qu’il me manquait (et on est encore loin du compte).

Là, on est le 29 décembre, je suis dans mon nouvel appartement depuis 3 jours, je m’y sens bien malgré l’absence flagrante d’un grand nombre de meubles. Les cadeaux de Noël sont de l’histoire ancienne (et apparemment tout a plu à chacun). Il ne reste plus que le travail qui occupe toujours autant de temps de cerveau, même si une part de moi s’est résignée et essaie de prendre les choses comme elles viennent. Bref, ça va mieux, je suis reposée, (presque) détendue, et prête à affronter cette nouvelle année, en espérant qu’elle soit aussi enrichissante mais moins douloureuse que celle qui se termine. Tout ça pour vous dire : Petit Papier est bien vivant, bien là, même s’il n’en a pas l’air. Il ne reviendra peut-être pas en janvier, mais plutôt en février, pour la suite des aventures. Soyez patients, n’hésitez pas à me dire si vous souhaitez voir davantage un type d’articles ou un autre. J’ai quelques trucs prévus sous le coude, des projets que j’aimerais développer, et j’espère vraiment avoir le temps de m’y consacrer. Parce que finalement, écrire ici, ça me fait du bien. C’est pas toujours exceptionnel de qualité, c’est pas forcément très lu, mais en vrai ça m’est complètement égal. Moi ça me fait du bien. Alors continuons comme ça pour l’année 2019 !

Parce que la seule résolution que je prendrai cette année, sera celle de ne plus me forcer pour les autres. Alors dit comme ça, ça fait un peu move de connasse, genre jamais aider les gens et ne penser qu’à moi. Mais là où je veux en venir, c’est d’arrêter de faire des trucs pour faire comme tout le monde ou pour plaire à/impressionner certaines personnes, mais faire ce qu’il me plaît, ce qui me fait envie, et seulement pour moi. Arrêter de chercher l’approbation permanente des autres et accepter que la seule approbation dont j’ai besoin, c’est la mienne. 2019, année du selfcare, bitch ! (une résolution que je ne prendrai jamais par exemple, c’est celle d’être moins vulgaire haha).

Cette année 2018 a été longue, compliquée, pleine de rebondissements, des positifs comme des négatifs. J’ai extrêmement évolué et appris sur moi-même, je suis chaque jour un peu plus proche de la personne que je souhaite être (même si je pense qu’on n’y arrive jamais vraiment), mais j’ai aussi vécu des drames, perdu une personne chère, connu une petite traversée du désert. Mais avec des amis et de la famille présents, aimants et compréhensif, on avance. C’est pas toujours simple mais petit à petit, pas à pas, lentement, on avance. (Non je pleure pas, c’est toi qui pleure !). Donc voilà, on va continuer sur cette lancée en 2019, pleine balle sur l’autoroute de la self-esteem, et on se retrouve dans un an, de l’autre côté de la barrière, pour faire le point sur notre avancement.

Bonne année à vous, mes quatre lecteurs et demi, et n’oubliez pas que le plus important c’est de s’aimer soi 💖